La famille de Marillac


Illustre famille noble originaire de la Haute Auvergne dont la filiation remonte à 1390. Pierre de MARILLAC s'était établi en Basse Auvergne lors de son mariage avec Marguerite DE LA RICHARDIERE qui lui apportait en dot la Seigneurie de SAINT-GENES-DU-RETZ.

  • Guillaume 1er, fils de Pierre DE MARILLAC, né à AIGUEPERSE, Seigneur de SAINT-GENES et de BICON.

  • Gilbert, né à AIGUEPERSE vers 1489, baron de POEZAT, Seigneur de SAINT-GENES, secrétaire du connétable Charles DE BOURBON, dont il écrivit la vie.

  • Gabriel, né à AIGUEPERSE vers 1489, contrôleur des finances du connétable DE BOURBON. Avocat Général au Parlement de PARIS.

  • Charles, né à AIGUEPERSE, vers 1510, avocat au Parlement de PARIS, puis conseiller au Parlement (1541).

  • Bertrand, né à AIGUEPERSE vers 1506. Cordelier, il devient abbé de l'abbaye des bénédictins de THIERS.

  • Pierre, qui embrassa la religion prétendue réformée, se maria à GENEVE où on note son arrivée en 1549.

  • Julien, commissaire des guerres.

  • Anne, mariée avec M. DE LA COMBAUDE, conseiller en la cour des aides de CLERMONT, Claude, mariée à M. MALLET de VENDEGRE.

  • Jacques DE MARILLAC, qui fut Capitaine d'AIGUEPERSE pendant la ligue.

  • Louise, fille de Guillaume 1er, fut religieuse à POESSE.

  • Guillaume, né à AIGUEPERSE vers 1500, Seigneur de FERRIERES.
  • Louis, fils du dit Guillaume et de Antoinette CAMUS, né à AIGUEPERSE en juillet 1572 (ou 1573).

Michel, de Marillac
  • Michel, son frère né à PARIS le 8 octobre 1563 (2)
avait été conseiller au Parlement en 1586, maître des requêtes en 1595, conseiller d'État et surintendant des Finances en 1624, puis Garde des Sceaux le 1er juin 1626. Compromis, après la "Journée des Dupesto (nuit du 11 au 12 novembre 1630) et la défaite du parti dévôt, le Conseil de VERSAILLES prononce sa disgrâce. Il remit les sceaux le 12 novembre 1630 et fut emprisonné à CAEN, puis à LISIEUX. Confident de la reine mère, Marie de MEDICIS, il dut s'exiler à CHATEAUDUN où il mourut le 7 août 1632. Il avait eu deux femmes : Marguerite Barbe DE LA FORTERIE et Marie DE SAINT GERMAIN, veuve de Jean AMELOT président aux enquêtes.

  • Louise DE MARILLAC, première supérieure des filles de la charité, née et morte à PARIS (1591-1660).
Lire la totalité : Clic ! Clic !

Arsène PERRIN

SOURCES :

- Coutumes locales de la Province d'Auvergne-Chabrol.
- Archives de l'Hôpital d'AIGUEPERSE.
- Grand dictionnaire biographique du Puy-de-Dôme-Tardieu.


N.D.L.R. :

L'Hôtel DE MARILLAC se trouvait à l'emplacement actuel de la pâtisserie VERNET, grand'rue. De la maison Matrimoniale il subsiste dans la cour intérieure ornée de bas-reliefs, la haute tourelle ronde dont la cage d'escalier en pierre est décorée de médaillons représentant sans doute les membres de la famille.

A remarquer aussi une fenêtre à pilastres, style renaissance.

L'Hôtel DE MARILLAC à Aigueperse


Source : "SPARSAE n° 7" Association Culturelle d'Aigueperse


-
www.aigueperse.net -